Accueil Le livre Contes Contact 
Présentation Articles A découvrir Nouveautés 

Troisième partie : Les moyens et techniques pour sortir du mental
et apprendre à gérer le mental et les émotions


Le travail d'apprentissage et de transformation peut se faire par beaucoup de voies différentes. Il y a la méditation bien sûr, mais elle n'est pas la seule. Il existe à présent de plus en plus de techniques thérapeutiques qui permettent de gérer les émotions, et, à travers elles, les pensées. Il y a aussi la douleur intense qui peut forcer à apprendre à gérer le mental. Il y a toutes les techniques plus corporelles comme la relaxation, la sophrologie, le yoga, le tai chi, le Qi Qong, l'antigymnastique, les auto-massages, la méthode Knap, la Somatic Experiencing, et bien d'autres, ainsi que la marche, voire aussi le jardinage et autres activités manuelles, qui consistent à mieux maitriser certaines fonctions du corps, mais qui appellent à une présence à soi et calment le mental.

La seule voie qui ne mène pas à gérer le mental, c'est le mental lui-même, donc l'intellect, le rationnel, les raisonnements.


1) La Méditation

La méditation consiste à être témoin des pensées qui surgissent ou défilent, simplement en tant qu'observateur, sans jugement, jusqu'à parvenir à atteindre des espaces de silence mental qui, avec l'exercice, peuvent être prolongés.

En premier, il s'agit d'observer toutes les pensées qui émergent à la surface, sans s'accrocher à aucune. L'objectif lointain est de s'entrainer - par l'intention, la volonté et la détermination, mais sans jamais forcer - à éviter d'entrer dans le mode de fonctionnement automatique. Observer les pensées consiste à maintenir l'attention suffisante pour rester à quai, ne pas monter dans le train des pensées, ne pas se laisser entrainer dans le défilé. Car une fois entrainé, la volonté n'a plus de prise sur elles car il s'agit d'automatismes.

Lorsque l'on parvient à rester à quai, les pensées, comme dans une eau troublée par la vase, vont se déposer dans le fond et on obtient alors en surface une ambiance limpide, exempte de pensée comme la surface d'un liquide qui a décanté. Ce lâcher prise mental apporte de la sérénité (limpidité) qui donne accès à une forme de clairvoyance (transparence), d'approche véritable de la réalité, qui ne consiste plus en un « raisonnement ». Car la « logique » de construction de nos pensées ne nous donne qu'une compréhension de la réalité équivalente à ce qu'un plan d'architecte permet d'appréhender pour une maison. Alors que, en comparaison, la clairvoyance en l'absence de pensée mène à quelque chose de similaire à la compréhension de la vie au quotidien dans une maison, hors construction de pensée, comme l'est le regard à travers une eau limpide.

S'il est relativement facile de comprendre par la pensée que apaiser notre mental en diminuant le flot des pensées est utile et que cela contribue à notre bien-être, il en va tout autrement pour devenir capable de mettre cela en pratique.

L'utilité d'être dans l'instant présent, de calmer le mental et les émotions, d'être dans l'acceptation de ce qui est; est quelque chose qu'on ne peut pas véritablement comprendre avec le mental lui-même. Aucun mot, aucune explication ne peut donner accès à cette compréhension.
Et la difficulté de l'apprentissage de la méditation réside en grande partie dans le fait que les consignes passent par le mental alors que l'objectif est de s'éloigner du mental.

Car s'il est rarement demandé de « ne pas penser », c'est tout de même un peu cela à la base qui est compris par tout néophyte.

Or, la machine à « penser » n'est pas plus capable de s'arrêter par une décision pensée, qu'un moteur n'est capable de décider de s'arrêter de manière autonome. Beaucoup de méthodes proposent dès lors de passer par le corps, le ressenti, l'observation des fonctions physiologiques autonomes (respiration et cœur).

Certains conseillent de remarquer les pensées comme si elle passaient sur un écran de cinéma, d'autres de se focaliser en regardant une bougie, ou encore de fermer les yeux, d'observer le corps, les ressentis, de chercher de quel endroit proviennent les pensées.
Tout le monde sera d'accord pour proposer de tenter de rester éveillé. Car quand la distraction ne guette pas, le sommeil prend facilement la relève.

L'idée est, en quelque sorte, de parvenir à redescendre de nos nuages, des nébuleuses de nos rêvasseries et préoccupations qui nous emportent sur des chemins très éloignés du plancher des vaches. Et pour ce faire, de réintégrer notre corps : son poids, la respiration, les sensations, la présence à soi, à la frontière de soi, à l'environnement immédiat; se retrouver à l'intérieur de soi, pour soi, maintenant, et attentivement.

D'une certaine manière, on pourrait considérer que l'action d'observer les pensées est une forme de pensée. Il n'est pas aisé de reconnaître l'observateur. Ce qui le particularise c'est, d'une certaine manière, sa bienveillance et son indulgence à toute épreuve. La bienveillance dans le sens que l'observation est totalement exempte de jugement. Il s'agit en quelque sorte d'être présent avec le cœur plutôt qu'avec le cerveau. La présence de l'observateur ramène au moment présent, à l'ici et maintenant. Elle est une sorte de sourire intérieur, d'ouverture à ce qui est, d'acceptation inébranlable et rassurante à ce qui est. Plus cette présence se fait jour, plus il y a place pour la sérénité.

Le seul effort demandé est d'y consacrer du temps, de choisir d'orienter l'attention sur l'ici et maintenant et d'accepter tout ce que cela impliquera.
Quand on commence à réveiller l'observateur, il s'agit de tenter de parvenir à faire la distinction entre l'automatisme penseur et une attention, une volonté, une présence qui assiste à cet automatisme. Plusieurs manières existent pour y arriver.

Lorsqu'on y consacre un temps défini, avec l'intention d'observer, renouvelée à chaque fois que nous parvenons à revenir à la conscience de l'instant, on est déjà dans un processus de méditation. Peu importe que nos pensées s'égarent, peu importe que l'on oublie l'objectif en cours de route, peu importe qu'on s'endorme, peu importe si les pensées s'emballent; le principal est de garder l'intention générale d'observer l'ici et maintenant dans l'acceptation, sans lutte aucune. L'objectif n'est pas le résultat. L'objectif c'est d'essayer sans forcer. Et recommencer chaque jour à nouveau. En quelque sorte, une méditation réussie ne se mesure pas au résultat, mais juste au fait de l'avoir commencée et terminée avec l'intention et la motivation, mais surtout sans obstination, sans pression, sans acharnement. La limite, la nuance est très très fine entre l'intention et l'effort.

L'effort n'est demandé que pour le fait d'arrêter ses activités pendant une durée déterminée, de préférence au même moment chaque jour, le lever et le coucher étant préférables aux autres bien qu'aucun moment ne soit mauvais en soi.

Si l'intention dans l'acceptation mène, sur le long terme à calmer le mental et atteindre plus de sérénité et de clairvoyance; l'effort, à l'inverse, va mener indubitablement à un emballement du mental qui va augmenter chaque fois plus la difficulté à méditer et à se motiver à méditer. La difficulté vient de la recherche à lâcher prise au niveau de l'intention alors que le lâcher prise n'est naturellement jamais volontaire.
Or la méditation et la gestion du mental n'ont rien à voir avec l'idée de dompter le mental. Dompter le mental a pour conséquence de le booster alors que le but est de le calmer et que pour y arriver il faut entrer dans autre chose.

Et cela est d'autant moins simple si l'automatisme est installé depuis longtemps et/ou s'il est très productif.

Il existe différentes formes ou courants de méditation, les plus puristes proposent d'observer les pensées, de revenir à l'instant présent, de cultiver une forme de vigilance. Certaines s'accompagnent de rituels et parfois de règles assez strictes. Les formes dérivées consistent parfois bien plus à guider la pensée et opérer une forme de relaxation. Mais il est probable que toutes visent à calmer le mental et les émotions, tout en se focalisant sur l'instant présent en étant conscient du processus.

Selon le contexte on peut méditer assis, couché, ou en position tailleur, sur un zafu comme le proposent les adeptes de la méditation zen par exemple.

La relaxation, la respiration, l'écoute d'un enregistrement qui nous guide, sont des moyens parmi d'autres, pour y arriver.

L'important est de persévérer à y consacrer un moment chaque jour et de ne pas le sacrifier, même quand nos journées sont remplies du double d'obligations qu'une seule journée peut comporter à elle seule.
L'exercice de la Cohérence Cardiaque est le plus rapide et bénéfique à ma connaissance. Il s'agit d'observer, amplifier, ralentir et calmer la respiration en écoutant ou ressentant en parallèle les battements du cœur et de les accorder pour atteindre une forme de sérénité.

Des activités routinières comme la marche, le jardinage, le tricot, peuvent aussi aider à un retour vigilant sur le moment présent, sur l'observation des pensées. Cela dépend de la personne qui les pratique et de son état d'esprit au moment de commencer l'activité.

Car si ces activités peuvent favoriser une forme de relaxation, qui va elle-même faciliter la méditation (l'observation des pensées); il subsiste toujours le risque qu'à l'inverse, elles favorisent la rêvasserie par son effet berçant.

De nombreux livres présentent la méditation sous toutes ses formes, mais restent toutefois peu engageants quant à sa mise en pratique. Les CD, les DVD, et les vidéos du net, donnent une aide plus concrète. Des liens vers plusieurs sites proposant des méditations guidées sont donnés en fin de document.
Vivre la méditation en groupe sera probablement le plus motivant pour s'initier.

 

<< page précédente << - page 14/20 - >> page suivante>>

 

version epub pour liseuse
version pdf pour impression

 

© Toute reproduction du présent document (pour des objectifs non commerciaux uniquement) est libre et souhaitée, sous réserve de n’effectuer aucune modification et de mentionner l'auteure, le site et la page concernée.

 

Gestion des pensées
Gestion des émotions

version epub pour liseuse
version pdf pour impression

Avant-Propos

Introduction

Première partie : Quand le mental et les émotions posent problème

1) Qu'appelle-t-on le mental ?
2) Que se cache-t-il derrière le concept d'émotion ?
3) Les automatismes de pensée
4) Croire les pensées et s'identifier au mental
5) Quel est le rapport entre le mental et les émotions ?
6) Incapacité à gérer les émotions sans que la conscience soit aux commandes
7) Pensées semi-conscientes = le plus gros frein pour se libérer de l'addiction
8) Considérer le mental comme chef d'orchestre renforce le mental

Deuxième partie : Éveil de la conscience

1) Observer
2) Repérer les émotions dysfonctionnelles – ne pas croire les pensées qui les accompagnent
3) Ne pas agir
4) Traverser
5) Lâcher prise
6) Parvenir à éviter le déclenchement de l'émotion
7) Changer nos films
8) Sortir des cercles vicieux
9) L'inversion psychologique
10) Nouvelles croyances – désidentification au mental
11) Déjouer certains pièges du mental - un pas vers l'humilité et l'honnêteté intellectuelle
12) Prendre de la hauteur – troisième dimension : additionner les poires et les pommes
13) Décalage entre la compréhension intellectuelle et la compréhension en conscience

Troisième partie : Moyens et techniques pour sortir du mental et apprendre à gérer le mental et les émotions

1) La méditation
2) La douleur / souffrance
3) Autres techniques

1. L' EFT
2. L'EMDR
3. Tipi

4. La Cohérence Cardiaque
5. L'écriture
6. L'expérience du riz
7. La Communication Non-Violente
8. La pensée positive via le carnet de gratitude
9. La psychothérapie de la parole
10. La méthode du tigre du Docteur Christian Tal Schaller
11. Ho'oponopono
12. Lectures

Plus loin que notre évolution personnelle

En complément

 

______________________________

Site optimisé pour Firefox

SE CHANGER SOI

POUR CHANGER LE MONDE

traduction partielle du site en anglais et en espagnol