Accueil Le livre Contes Contact 
Présentation Articles A découvrir Nouveautés 

UN AUTRE REGARD SUR LA DEMENCE
ET SUR LA PRESERVATION DE LA JEUNESSE

Version imprimable
Version Ebook

8) Préconclusion

Il y a sans doute encore beaucoup d’aspects à ajouter pour décrire ce qui peut réduire nos capacités mentales et pour décrire ce qui peut nous éviter ou freiner ce processus.

Cependant, il me paraît essentiel de comprendre que la dégénérescence mentale est bien moins une fatalité qu'on ne le conçoit à l'heure actuelle, qu'il n'y aura pas de pilule miracle pour l'éviter, mais qu'à l'inverse, il faudra remettre en question les bases de l'éducation et accepter d'apprendre à gérer nos pensées différemment au quotidien.

 

* *
*

9) Mieux comprendre nos aînés

Il y a tant de choses à améliorer pour ceux qui sont déjà atteints

Dans les maisons de retraite, il est relativement courant de voir traiter les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et d’autres formes de démences, comme des enfants, des gens qui ne comprennent plus, des débiles, des fous, voire des animaux ou des plantes.

Que dire quand on ne communique plus avec eux que pour les tutoyer, leur donner des injonctions, les gronder, sans jamais être capable d’être à leur écoute et de les comprendre. Voire encore quand on les laisse à leur sort comme de simples meubles, en évitant de leur parler quand on les soigne.

Ces personnes ont vécu pour la plupart 70, 80, voire 90 ans et plus. Elles ont une expérience de vie que nous n’avons probablement pas (fonction de la différence d’âge que nous avons avec elles), et n’aurons peut-être jamais. Elles ont une conscience, elles ont des besoins physiques mais aussi affectifs. Elles sont souvent absentes il est vrai. Mais lors de leurs moments de présence, elles gardent encore longtemps une grande lucidité sur ce qui se passe autour d’elles, et sur leur état.
Or nous ne pouvons jamais savoir, lorsqu’elles ne communiquent pas, si elles sont présentes ou pas à ce qui se passe autour d’elles.

Elles ne pourront pas faire un grand discours pour nous le dire, mais ils s’agit de compréhension instantanée, intuitive, ou liées à l’expérience, pas à la mémoire ou à la logique.

Pour mieux comprendre, on peut comparer le fonctionnement humain à celui du fonctionnement télévisuel. Quand le message est brouillé sur le poste, cela n'est en aucune manière lié au contenu de l'émission diffusée. Il en est de même avec les personnes dont les facultés cérébrales sont atteintes. Nous n'avons plus accès à la totalité de leur personnalité, mais ce n'est que ce lien qui est rompu. Ce n'est pas la personne elle même qui est atteinte, mais c'est son lien au monde. Cela la handicape pour mener sa vie de manière autonome et cela exige un gros travail de remise en question pour les personnes proches, car seules elles peuvent encore faire l'effort d'apprendre à comprendre ce que vit leur aîné.
Ce n'est qu'à ce prix qu'elles pourront véritablement les aider. Car cette aide ne peut être basée que sur la confiance. Or, sans comprendre la personne, celle-ci ne pourra que rejeter celui ou celle qui veut l'aider, et simplement subir tous les actes qui lui seraient prodigués, à contre cœur.

Si nous sommes capables de nous connecter à ces personnes par le cœur, il n’est alors plus possible de les traiter sans égards. Nous n’avons pas vraiment accès à ce qu’elles vivent, et il est donc plus difficile de faire travailler notre empathie envers elles. Mais si nous sommes capables de comprendre qu’elles ont besoin, autant que toute autre personne, de présence, d’amour, de soutien et de bienveillance, nous aurons de nettement plus grandes chances de pouvoir les aider efficacement, et elles nous le rendront bien. Et ces besoins sont probablement encore bien plus importants chez ces personnes, car ce qu'elles vivent, elles ne le comprennent plus tout à fait et car ce qu'on leur fait vivre les angoisse.

Et même en dehors de pathologies, comme la mémoire diminue inexorablement avec l'âge; toutes les personnes ayant des parents âgés sont amenées à être confrontées au processus de vieillissement de ceux-ci. Peu pourtant les comprennent.

Quand nos parents ne nous comprennent plus, ne nous écoutent plus, se préoccupent plus de leurs petits problèmes domestiques ou de leur santé, ce n’est pas par égoïsme, ou parce qu’ils ont changé. C’est parce que leurs capacités diminuent. Ils en sont souvent conscients, mais le cachent la plupart du temps (inconsciemment) et tentent de faire bonne figure, en faisant comme avant s’ils le peuvent, mais sans y arriver comme avant. Le meilleur moyen de ne pas faire remarquer qu’on n’est plus capable de comprendre, de suivre, d’écouter autrui, c’est de tout ramener à soi et de ramener les sujets de conversation à du très concret et aux sujets, toujours les mêmes, que l'on maîtrise encore. Ce n’est pas un défaut, c’est juste la marque d’une incapacité masquée. Et ce n'est pas de la démence.

Le comprendre peut changer totalement la donne. Car quand l’enfant comprend que son parent en arrive là, il peut alors comprendre aussi que ce n’est plus au parent à l’aider, le soutenir, l’écouter, mais c’est à lui que revient dorénavant ce rôle. Plus tôt cela est compris, mieux les choses se passeront. Cela permet qu’une nouvelle confiance s’installe entre les parents et les enfants. Cela permet de freiner le processus de vieillissement mental, mais surtout cela permet d’éviter l’isolement que vivent la plupart des personnes âgées.

Et dans le même ordre d'idée, lorsque l'on comprend que masquer nos propres oublis et erreurs pourrait aider la maladie à s'installer ou évoluer, il est alors possible d'apprendre à commencer à prendre conscience de ces oublis et erreurs et d'apprendre à les reconnaître face à nos interlocuteurs. Car, à force de les masquer, c'est surtout nous-même que nous trompons, en nous retirant le pouvoir de tenter de remédier à nos pertes de mémoire.


Claire De Brabander
Bruxelles 03/07/2018

 

 

<< page précédente << - page 6/6

 

Télécharger la version ebook
Télécharger la version pdf

 

© Toute reproduction du présent document (pour des objectifs non commerciaux uniquement) est libre et souhaitée, sous réserve de n’effectuer aucune modification et de mentionner l'auteure, le site et la page concernée.

 

 

SE CHANGER SOI

POUR CHANGER LE MONDE

traduction partielle du site en anglais et en espagnol